La divine tétraktys

La Tétraktys Pythagoricienne est un nombre représenté par 4 chiffres ou valeurs numériques disposés sous la forme d’un  triangle équilatéral de côté 4, valeur numérique, que 10 points construisent.  

Sa formule numérique est : 1 + 2 + 3 + 4 = 10.

Le 1 de 2 donne 3 par le 10 quatre fois.

21, donne 3 par le 10 quatre fois

10 log10 21 = 10*0,3 = 3 db, quatre fois           log10 21 = 0,3

3*4 = 12 Hz, valeur d’un rayon alpha.

Elle signifie «  à quatre rayons », au quadruple éclat rayonnant. Il s’agit d’une lumière rayonnante associée au nombre 4. (le nombre 4 (Tétra) et la lumière rayonnante (Actys)).

Soit 12*4 = 48 – 6 jours Genèse 

48 db valeur qualité signal d’un octet (8 bits) voir blog

Capture159

 

Les pythagoriciens prêtaient serment « par la Sainte Tétraktys » :

« La Tétraktys en qui se trouve la source et la racine de l'éternelle nature. Tout dérive de la Décade et tout y remonte. Le 10 est l'image de la totalité en mouvement ».

La légende dit que les pythagoriciens lui auraient composé et adressé une prière.

« Bénis nous, nombre divin, toi qui as engendré les dieux et les hommes !

O sainte, sainte Tétraktys !

Toi qui contiens la racine et la source du flux éternel de la création !

Car le nombre divin débute par l'unité pure et profonde et atteint ensuite le quatre sacré, ensuite il engendre la mère de tout, qui relie tout, le premier-né, celui qui ne dévie jamais, qui ne se lasse jamais, le Dix sacré, qui détient la clef de toutes choses ».

« Tout est nombre ». 

Le 1 - la monade : unité de l'existence et harmonie générale.

Le 2 - le binaire : la diversité, la division, la séparation.

Le 2 est la dyade (le nombre 2), principe passif et actif, masculin – féminin, faculté génératrice esprit-âme et corps humain d'une part, Divin, d'autre part.

Le 3 - la triade : la loi du ternaire est pour les pythagoriciens la véritable clef de vie.

Nombre par excellence, premier impair qui réuni les propriétés des deux premiers chiffres 1 et 2.

Le 4 - le quaternaire : nombre parfait, racine des autres, nombre ineffable de Dieu.

Le pentagramme,  signe du microcosme est un symbole pythagoricien de santé, signe de reconnaissance entre adeptes de la secte.

Qu’elle a été l’œuvre de Pythagore ? ou Pyth-agore (Pythagoras, en grec), étymologiquement   « celui qui a été annoncé par la Pythie » qui découle de l'annonce de sa naissance faite à son père lors d'un voyage à  Delphes.

Il est un philosophe ou un « amoureux de la Sagesse ». Il est un ami de la Sagesse, de la Sagesse Divine. Il fonde son école, œuvre majeure, à Crotone en -532 avant J.C. Il s’agit d’une communauté, pour ainsi dire une secte, à la fois philosophique, scientifique, politique, religieuse, initiatique.

La communauté s'échelonne sur quatre degrés initiatiques et hiérarchiques. Les postulants, les néophytes, les acousmaticiens ou auditeurs  forment le grade des « exotériques »  ou novices.

Quatrième et dernier degré : les mathématiciens, « savants » ou « ésotériques » ou sindonites (habillés de lin).Ils devenaient des ésotériques, dans la mesure où ils accèdent à la connaissance intérieure, cachée. Ils sont admis à voir Pythagore derrière son rideau. Lui-même enseigne sous forme de « symboles », au sens de formules.

Les femmes et les étrangers sont admis. Les profanes  sont « les gens du dehors »,  auxquels rien n'est révélé.

On voit une division des « ésotériques »en « vénérables », « politiques », « contemplatifs ». Les vénérables ou pieux s'occupent de religion. Les politiques s'intéressent aux lois, aux affaires humaines, tant dans la communauté pythagoricienne que dans la cité. Les « contemplatifs » étudient arithmétique, musique, géométrie, astronomie, le quadrivium du Moyen Âge. Il semblerait que les  « acousmaticiens » soient des « politiques, administrateurs ou législateurs » et les «mathématiciens » des « pieux » ou « contemplatifs ». Cette division perdure encore actuellement et plus particulièrement dans la franc-maçonnerie.

Ses apports principaux

L'arithmologie  étudie les nombres de façon allégorique, symbolique, occulte, ésotérique Le symbolisme des nombres concerne les nombres en tant que symboles, dans leur puissance à représenter analogiquement, à être interprétés comme porteurs de sens et de valeurs. Par symbolisme des nombres, on entend la capacité qu'a un nombre de désigner autre chose que lui-même.

Pythagore est le premier à avoir associé les nombres à la musique.

L’ésotérisme quand Pythagore enseigne que les âmes des hommes sont éternelles, que l’homme a deux âmes, l’une d’origine terrestre, l’autre d’origine divine. Il croit à la résurrection, à la transmigration des âmes et à l’incarnation.

Revenons à la division des « ésotériques » .

 Actuellement, pour faire simple, il existe deux démarches dans la franc-maçonnerie, à savoir :

 -          La démarche sociétale,

-          La démarche initiatique,

De quelle façon pouvons-nous caractériser la franc-maçonnerie ? Par trois paramètres.

-          Le caractère nominatif

-          Le caractère naturaliste

-          Le caractère  humaniste

Pour la démarche sociétale :

       - Nominatif : Chacun a sa vérité. Elle est évolutive.       

       - Naturaliste : Il n’existe aucune religion révélée. Chacun peut se construire un dieu à sa propre  convenance, un dieu de son cœur, de sa compréhension.

       - Humanisme : Il y a primauté de l’homme. Il est le centre de toute chose. Il est indépassable. Il est amusant de constater que par cette affirmation, ces humanistes sont identiques aux hommes qui croyaient que la terre, unique objet de la création, était le centre du monde, que le soleil tournait autour d’elle. Voyez-vous l’homme n’a pas changé, toujours aussi arrogant et prévaricateur.

Pour la démarche initiatique :

        -  Nominatif : Il n’existe qu’une seule vérité, qu’un seul véritable. Seule la connaissance est évolutive, de nombreux chemins permettent d’y accéder.

        - Naturaliste : La lumière éclaire tous les hommes. Elle se révèle à celles et à ceux qui sont à même de l’accueillir. Nous trouvons là l’homme de désir, désir à la façon de Gil Deleuze. L’homme de désir est celui qui « construit un agencement », je dirai celui qui construit un nid douillet pour la blanche colombe. L’ego est banni. Seule la colombe choisit son nid.

        - Humanisme : L’Esprit est au centre de l’homme. L’Esprit est prééminent. Il vient donner une nouvelle identité à l’homme. A lui de l’accepter ou pas, il se dépasse, se transcende ou pas. Il est maître de son salut ou de sa perdition.

 Nous constatons que la franc- maçonnerie est restée dans l’esprit de l’école pythagoricienne, en fait sa véritable tradition, son acte de naissance.  

Elle n’est pas née au 18ème siècle. Elle est née bien avant, sous l’éclairage de la vrai et unique Lumière.

Cependant, il apparait clairement qu’actuellement des francs-maçons désirent ardemment remplacer l’Esprit par un esprit, le leur, qu’ils auraient eux même construit, à l’image du Premier. Ils ne sont que des prévaricateurs. Ils ne sont plus dans l’école pythagoricienne.

Le combat est spirituel, uniquement spirituel.

 Livre secret de Jean

« C’est l’arbre de leur vie qu’ils ont placé au milieu du paradis. Mais moi, je vous enseignerai quel est le mystère de leur vie, c’est-à-dire le projet qu’ils ont fait ensemble de (fabriquer) la ressemblance de leur esprit.

« (Cet arbre) est celui dont la racine est amère et dont les branches sont mortes. Son ombre est haine et il y a de la tromperie dans ses feuilles. Sa fleur est l’onction de la perversité et son fruit la mort. Sa semence est désir et fleurit dans l’obscurité. Ceux qui goûtent  à cet (arbre), leur lieu de séjour est l’Hadès et l’obscurité leur lieu de repos. »

Les deux chérubins les éradiqueront tous.

Intéressons-nous à présent à la divine tétraktys proprement dite.

Il s’agit d’un quadruple « éclat rayonnant ». Il s’agit d’une valeur numérique. Nous devons calculer la valeur numérique d’un « éclat rayonnant » et la multiplier par 4 pour obtenir le résultat.

Comment calculer la valeur numérique de « l’éclat rayonnant » ?

Par la tétraktys, soit : 1-2-3-4 (10).

L’indication nous a été donnée quant à l’utilisation du nombre 4. Il est associé à la valeur de « l’éclat rayonnant » par la multiplication.

Comment calculer tout simplement en suivant l’enseignement de Pythagore ?

Rappel

Le 3 - la triade : la loi du ternaire est pour les pythagoriciens la véritable clef de vie.

Nombre par excellence, premier impair qui réuni les propriétés des deux premiers chiffres 1 et 2.

1 + 2 donne 3 associé à 4 donne 3*4 = 12= valeur d’un « éclat rayonnant »            

La divine tétraktys est donc égale à :

12*4 = 48            

Nous allons calculer en utilisant le nombre 10. Le nombre 10 est une base, soit la base 10. L’addition des 4 premiers chiffres nous le fait comprendre.

1log10(2) = 0,3

10log10(2) = 3

 Le 1 est la puissance de 2, par le 10 nous calculons 0,3 et par le 10 nous calculons 3.

log 10(21) = 1log 10(2)= 0,3 B ou 10log10(2) = 3 dbels               

Le logarithme précise à quelle puissance il faut élever 10 ou la base pour retrouver le nombre de départ.

Que nous a-t-on fait utiliser comme notion scientifique pour le calcul de 3 ?   

1 bel est égal à 10 décibels

Le bel est défini comme le logarithme décimal d'un rapport de grandeurs exactement égal à 10.

On nous parle de qualité de signal.

Que signifie vraiment la tétraktys ?

 4*12 = 48 

 Les nombres répondent dans la Bible à la formule :

 10n /   5n   = 2n         -         10n = 5n*2n

 1Jour vaut 1000 ans

1jourvaut 10001 jour vaut 1an1 jour vaut 1000

1jour = 1000 pour Dieu ou 1 = 10*10*10, après conversion 10/5*10/5*10/5 = 2*2*2 = 8

 Quand est –il  des 6 jours de Genèse ?

1 jour = 8                    

6 jours : 6*8 = 48  

« 1:3 Dieu dit: Que la lumière soit! Et la lumière fut.1:4 Dieu vit que la lumière était bonne; et Dieu sépara la lumière d'avec les ténèbres. 

« 2:10 Un fleuve sortait d'Eden pour arroser le jardin, et de là il se divisait en quatre bras »

48/4 = 12

12 est la lumière. « Je suis l’alpha et l’oméga »  Je suis « l’onde lumineuse alpha ».

Jésus, l’Envoyé Suprême est annoncé

N’est-ce pas une « merveille de merveille ».

La tétraktys est une allusion directe à Genèse, aux 6 jours Genèse.

Pour en revenir aux francs-maçons, nous pouvons écrire que celui qui œuvre en s’appuyant sur l’ésotérisme chrétien emprunte la Voie, le chemin de la vertu comme le disait Socrate ou le chemin qui mène à la rencontre de la divinité ou vers une autre dimension. Les rituels de Stricte Observance et du Régime Ecossais Rectifié  sont les plus appropriés. Ces francs-maçons peuvent dire qu’ils appartiennent à l’école pythagoricienne  puisque Pythagore par le rapprochement qu’il a fait des nombres avec la musique a développé la structure scientifique du message transmis dans le Livre de la Parole. De plus cette voie est légitimée par la signification même de la tétraktys. Les francs-maçons qui suivent cette voie initiatique peuvent enfin revendiquer sereinement leur appartenance à l’Assemblée de Jean le Divin, le disciple préféré de Jésus.

Pythagore, l’inspiré malgré lui, a développé une connaissance qui devait l’être.

Que nous indique encore Pythagore ?

Le 4 - le quaternaire : nombre parfait, racine des autres, nombre ineffable de Dieu.

Appliquons le principe de la tétraktys. Nous obtenons :     

Le 4 symbolise le terrestre, la totalité du créé et du révélé. 

                                             4 = 22

Si x = 100, log10 (100) = 2  car 102 = 100          Si x = 4, log2 (4) = 2 car 22 = 4

log10(4)= log10(22)=2*log10(2) = 2*0,3 = 0,6 B

10*2log10(2) = 20*log10(2) décibels = 20*0,3 = 6 décibels.= qualité signal de 1 bit

6 correspond donc au 6 des 6 jours Genèse.

Dans Genèse :   

6 jours ont été nécessaires. 

Au total il aura fallu 6*1000 = 6000 ans.                      

Nous sommes dans le cas où 1 jour vaut 1000.

Convertissons 6000  pour la compréhension.

1000 est l’expression binaire de 8, ce qui donne comme résultat 6*8 = 48.

Ou 6*1000 = 6*10*10*10 = 6*10/5*10/5*10/5 = 6*2*2*2 = 6*8 = 48 soit la tétraktys.

A quoi peut bien correspondre 48

Quand est-il du ?                                                                

6 correspond en décibel à la valeur de la qualité du signal d’1 bit.

En le multipliant par 8, nous calculons pour 1 octet ou 8 bits ou un groupe de 8 informations. Pourquoi pas des 0 et des 1 ?

Le résultat est donc 48 décibels ( mesure sans dimension )= la qualité du signal d’1 octet

6 est une puissance.

 

Capture160

Capture161

Ne  s’agit-il pas de la « Parole de Dieu », d’un transfert d’informations?

Quelle suite pouvons-nous donner à la trétraktys ?

Nous gardons la base 10.

1-2-3-4      (10)    = 3*4    =   12

2-2-6-8      (10)    = 6*8    =   48

3-2-9-16    (10)    = 9*16  = 144

4- 2-12-32 (10)    =12*32 = 384                                               

Nous avons bien devant nous un lien entre les nombres et je dirai la musique. (fréquence, Hertz ou décibels).

 

Reprenons la forme géométrique de la tétraktys        

 

Capture159

 

1 point – 2 points – 3 points – 4 points

Un triangle équilatéral de côté 4 points prend forme. Aucune unité linéaire n’est employée. Ce triangle est donc de côté 4, numérique, tout simplement. Il n’existe pas de dimension.

Cette méthode est semblable aux 12 portes du carré de Jérusalem céleste. Chaque côté vaut 3, numérique. Chaque porte vaut 1000. Chaque côté vaut donc 3*1000, le carré 4*3000 = 12 000

En fait chaque côté a la valeur de 3 que multiplie 1000. Mais 1000 est l’expression binaire de 8. Chaque côté vaut donc 3*8 = 24 soit les 24 vieillards. Dans quelle dimension nous trouvons-nous ?

Pour continuer mes calculs, je prendrai comme référence la quadrature du cercle qui peut également s’appliquer à un triangle équilatéral. Voir le blog.

« Etre en quadrature, c’est être de même surface. »

ou alors être au carré (cadrat)

Construire au moyen de la règle et du compas le côté d’un carré dont la surface serait égale à celle d’un cercle donné. Il est dit que c’est impossible à cause de la transcendance de π. Alors, appuyons- nous sur sa transcendance. Laissons les outils de côté.

« Par son incarnation il unit le ciel à la terre et inscrit le carré dans le cercle. Par la rédemption il exprime la puissance divine et brise le carré. »

Que représente cette figure ?

 

Capture162

Il s’agit d’un triangle équilatéral inscrit dans un cercle. Nous allons calculer de la même façon que pour un carré inscrit dans un cercle. On pourrait parler de « tridature » du cercle.

La recherche est la même, à savoir inscrire la surface du triangle dans le cercle..

Nous devons trouver des surfaces identiques : surface cercle = surface triangle.

La formule de la « triature » du cercle est donc : C²*π/3 =π.r²  en fait une quadrature puisque c’est à un carré qu’est appliqué π/3 .

Pour un carré, la surface du cercle correspondant est  C²*π/2=π.r²  

Je connais la valeur numérique d’un côté soit 4.

La surface du cercle ou la valeur numérique du cercle est :

C²*π/3  = 4*4*6/3 = 32

Pourquoi π = 6 ?

Nous sommes dans une dimension des nombres sans unité.

π = 3,1416 = 6*0,5236 ou 6 coudées royales égyptiennes. Nous ne prenons pas en compte l’unité coudée. π est donc égal à 6.

Quelle peut-être alors la surface d’un cercle qui inscrirait un carré de côté 4 ?

Pour « aller » de la surface du cercle inscrivant le triangle équilatéral à celui inscrivant le carré, il « suffit » de multiplier la surface du premier par 1,5 pour obtenir le 2ème. Les côtés des deux figures : triangle et carré ont la même mesure.

La surface du cercle inscrivant le carré de côté 4 est égal à la surface du cercle inscrivant le triangle équilatéral de côté 4 multiplié par 1,5.

Dans le cas présent : 32*1,5 = 48 la valeur de la tétraktys.

La tétraktys, valeur numérique d’un cercle égale  à  48 correspond à un carré de valeur numérique :

C²*π/2=π.r²  avec π = 6

C2 * 6/2 = 48

C2 = 48/3 = 16

La valeur numérique du côté du carré est égale à 4.

Le résultat confirme bien les formules de la quadrature.

 

 

Gloire soit rendue à Son Nom.